Un dilemme vidéo

betaC’est à la fin des années 70 qu’apparaissent simultanément deux standards grand public venus du Japon : le Bétamax de Sony et le VHS de JVC. Philips suivra un peu plus tard avec sa nouvelle création, le V2000. Ces trois standards, qui vont faire l’objet d’un combat planétaire, aujourd’hui remporté par le VHS, présentent des critères communs appareils relativement compacts, cassettes de faible encombrement et branchement sur la télévision par la prise d’antenne. Or, s’ils suscitent effectivement un certain enthousiasme chez les fans d’image et de technologies nouvelles, les magnétoscopes ont du mal à pénétrer dans les foyers français. Les utilisateurs qui trouvent un intérêt à enregistrer des programmes à la télévision pour les revoir ensuite sont peu nombreux. La fonction d’enregistrement-reproduction du magnétoscope s’avère insuffisante pour créer un marché de masse. Il faudra nourrir les magnétoscopes avec d’autres images que celles qu’ils ont eux-mêmes enregistrées. Cela, un homme en France l’a compris depuis longtemps. Exploitant un laboratoire de recherche et vendant des équipements audiovisuels sophistiqués dans son magasin de la rue du Colisée, Victor Bialek se rappelle avoir «importé le premier magnétoscope en France, il y a une trentaine d’années.» Et dès l’avènement de l’U-Matic, il crée une sorte de club privé où il loue des cassettes contenant des films. Une clientèle de personnalités fanatiques de cinéma vient y faire sa moisson d’images. Cette simple idée conviviale, reprise plus tard par de nombreux autres, fera décoller véritablement la vidéo grand public et donnera une impulsion à la vente de magnétoscopes. Ce que Victor Bialek, avec son VIP-Vidéo Club de France, a démarré en U-Matic, il va, bien sûr, le poursuivre dans les standards grand public. Mais pour lui comme pour les autres, un problème essentiel se pose : acquérir les droits vidéo de films à exploiter en vidéocassettes. Les premiers à posséder ces droits, ou à pouvoir y accéder facilement, sont évidemment les hommes de cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *