Un caméscope sur le toit du monde

Marc BatardA trente-sept ans, Marc Batard signe un nouveau record. Celui qui fut, à vingt-trois ans, le plus jeune alpiniste à-franchir le cap des 8 000 mètres d’altitude a en effet atteint le sommet de l’Everest (8 848 mètres) en 22 heures et 24 minutes, après son départ du camp de base situé à 5 200 mètres. Marc Batard a pu ainsi ramener le temps de l’ascension du pilier sud-est, de trois jours en moyenne, à moins de 24 heures. Pour y parvenir, un peu plus de quatre semaines lui ont été nécessaires, au cours desquelles cinq tentatives ont du s’interrompre à cause des tempêtes de neige ou des chutes de blocs de glace. Le 27 septembre dernier, l’impossible est réalisé. Le rêve devient enfin réalité. L’expédition a pour sponsors Paris-Match Image et Grundig qui prête cinq caméscopes (un VHS plein format, le VS 170, et quatre VHS-C VS-C 60) pour immortaliser l’exploit. Le journaliste Maurice Uguen assure la réalisation du reportage, aidé en cela par l’ingénieur du son Philippe de Chabot-Latour et assisté par Isabelle Cazottes. Pourvue des caméscopes Grundig, l’équipe a suivi et filmé les préparatifs, les marches d’approches, les premières tentatives comme les attentes au camp de base. Pour Maurice Uguen, le premier motif d’étonnement fut de constater la résistance de ces petits appareils : « Nous n’avons pas pris de précautions particulières, nous dit-il, les écarts de température (30° dans la journée, -15° pendant la nuit) n’ont pas été ressentis par les caméscopes. Utilisés à plus de 8 000 mètres, souvent malmenés par les sherpas, ils n’ont donné aucun signe de fatigue et nous ont laissé de belles images. » Leur faible encombrement et leur poids réduit (1,4 kg en état de fonctionnement) étaient aussi des atouts appréciables. Mais plus surprenant encore, ces caméscopes grand public n’ont pas tait l’objet d’un « bidouillage » spécial. « Bien sûr, reconnaît Maurice Uguen, à une telle altitude et à cause de la très forte réverbération du soleil, il était indispensable d’utiliser des filtres UV. Et même, il fallait être attentif au contrôle-jour. » Mais ce ne sont là que des précautions d’usage assez habituelles. Pour l’alimentation des appareils, Maurice Uguen a opté pour les batteries-ceintures. « J’ai choisi des batteries au cadmium-nickel de 4 ampères, type R20.

 

Marc BatardElles sont d’un excellent rendement, et nous étions ainsi plus autonomes, déclare-t-il. L’autre avantage de la ceinture, c’est bien sûr de maintenir en permanence les batteries au chaud ». La prise de son n’a pas donné lieu à des précautions particulières (l’adjonction d’une bonnette anti-vent ne s’est même pas révélée nécessaire). Après un mois et demi passé dans l’Everest, l’équipe a rapporté six cassettes, l’équivalent d’un peu plus de trois heures de rushes. Le montage réalisé, plusieurs sujets seront alors disponibles. Si le défi de Marc Batard mérite de s’inscrire au « Livre des records », il convient aussi de saluer l’exploit des caméscopes Grundig, qui, sur le toit du monde, se sont admirablement comportés. Une performance qui ‘ne manquera pas d’inspirer d’autres aventuriers de l’impossible, à la recherche d’images faciles à réaliser dans des conditions pourtant proches des sommets de l’impossible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *