Quand Harry rencontre Sally

Quand Harry rencontre SallyHarry et Sully, jeunes étudiants qui viennent d’achever leurs années universitaires, font le voyage ensemble jusqu’à New York. Harry affirme que «les hommes et les femmes ne peuvent être amis, car le sexe vient toujours s’en mêler» et tente de séduire Sally qui a trop de scrupules pour craquer. Harry est un éternel pessimiste, déçu par une série d’expériences sexuelles banales. Sally prend trop soin d’organiser sa vie pour la vivre vraiment. Au cours de ces années à New York, leurs chemins vont se croiser à plusieurs reprises, au détour de leurs relations avec d’autres personnes. Lors de longues discussions, ils démontent les mécanismes d’une relation amoureuse qui fonctionne. Et leur propre relation dans tout cela ? Comparé hâtivement aux productions de Woody Allen, style «Annie Hall», ce petit bijou de Rob Reiner («Spinal tap», «Stand by me», «Princess bride») a ses propres qualités, énormes : une histoire simple et profonde, des dialogues drôles et percutants, des scènes d’anthologie, des acteurs toujours dans le ton et une mise en images bien construite, soignée et enlevée. Un grand moment de jubilation, à déguster comme un premier cru millésimé. Jouissif…

Club ABCD, la formule liberté

Les fous d’images ont bien des raisons d’être satisfaits. Depuis une dizaine d’années, les nouveaux produits n’en finissent pas de se succéder. Dès 1978, le magnétoscope a ouvert le feu. Devenu le complément indispensable du téléviseur, le magnétoscope pénètre de plus en plus dans les foyers français. Par ailleurs, l’arrivée des téléviseurs à écrans plats et coins carrés, le développement du caméscope, outil précieux pour les vidéastes amateurs, la création des nouvelles chaînes de télévision, le lancement du câble et du satellite, toutes ces évolutions technologiques ont créé de nouveaux besoins et de nouvelles envies chez les consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *