ET, l’extra-terrestre

ET, l'extra-terrestreLaissez venir à moi les petits enfants. Je meurs et je ressuscite… Par tout un tas d’indices et de détails, le scénario d’ « E.T. », d’après une idée originale de Spielberg et rédigé par Melissa Mathison, est fortement inspiré par la vie du Christ et la Bible. Mais les grands mythes et contes sont éternels. Le grand talent de Spielberg est d’avoir modernisé la fable et construit une légende contemporaine, à la fois mélodramatique et exemplaire, sur la compréhension et la tolérance à l’égard de l’autre. Pour aimer «ET. », il faut vraiment mettre son esprit critique au vestiaire et enfiler sa naïveté d’enfant. Car, mise à plat, l’intrigue est vraiment… cucul. Mais Spielberg est un sacré conteur. Il l’avait déjà prouvé avec « Duel » ou « Rencontres du troisième type ». Dans ET, l’extra-terrestre, il impose son style lumières et brumes dans la nuit, banlieue résidentielle, pureté de l’enfance, créature « alien » à vous faire fondre de tendresse, répression du monde adulte et humour-clin d’œil (la rencontre de la petite sœur avec ET., ou la découverte des divers objets de la maison par l’extra-terrestre). « E.T. », c’est du Spielberg. On aime ou on n’aime pas. Mais on ne peut pas lui nier son originalité et son efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *