Duo à trois

Elle a une passion, le base-ball. A chaque nouvelle saison, elle choisit le meilleur joueur de l’équipe des Durham pour en faire son amant, lui lire des poèmes et… rectifier son jeu. Lui est un joueur sur le retour qui doit stabiliser l’équipe et enseigner sa technique au jeune prodige. La confrontation des deux « professeurs », chacun n’étant pas insensible au charme de l’autre, va surtout se dérouler en dehors des terrains. Pour le meilleur et pour le pire… Un peu trop américain à notre goût (on se perd dans les règles et les trop nombreux exercices de base-ball), ce film vaut surtout par le talent de ses deux acteurs. Mystérieux et charmeur. Kevin Costner risque, après « Les incorruptibles », de devenir une des nouvelles idoles des petites Françaises, alors que Susan Sarandon est merveilleuse d’humour et de séduction. On attend ce duo dans une histoire plus forte. à sa mesure. En attendant de voir « Duo à trois », vous pouvez toujours déguster du Costner dans « Sens unique », sorti récemment en vidéo chez GCR.

La nuit Bengali

La nuit BengaliInspiré d’un roman semi-autobiographique de Mircea Eliade, qui avait fait scandale en son temps, voici un premier film français qui sort résolument des sentiers battus, ne serait-ce que par son ambition. A travers une histoire d’amour impossible entre un Européen et une jeune Indienne, Nicolas Klotz essaie de faire percevoir au spectateur la richesse et le mystère de la culture orientale. Tourné à Calcutta, en scope couleur, le film joue sur l’envoûtement chaleur du pays. de ses couleurs, ses traditions, sa musique. A l’image du héros, le spectateur se sent prêt à fondre dans le décor dont il n’arrive pas à épuiser les richesses. Au premier degré, « La nuit bengali » est une magnifique histoire d’amour, ce qui n’est déjà pas si mal. Au second, c’est la constatation de l’épuisement de la société occidentale face à un Orient magique et parfois inquiétant. En attendant de pouvoir un jour pénétrer en profondeur dans cet univers, Klotz se met à son écoute. Il le fait avec un sens de la mise en scène très aigu et obtient ce qui manque à tant d’autres films la fascination…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *